Hanna Husberg, This new air, the one we talk about a lot

Dans le cadre de PRIST Art & science,
L’Esä invite Hanna Husberg


« This new air, the one we talk about a lot / Ce nouvel air, celui dont on parle beaucoup »

Esä, site de Tourcoing
Salle Culture Générale
Le 5 février 2019
11h30 – 13h

S’appuyant sur Often people ask how birds are affected by the air (2017), une œuvre réalisée par Hanna Husberg suite à une résidence artistique à Pékin, ainsi que sur des recherches entreprises en collaboration avec l’écologiste Agata Marzecova, cette intervention s’organisera autour d’une conférence performée d’une vingtaine de minutes. Elle sera suivie d’une conversation portant sur l’enchevêtrement des rôles de l’art, de la science et de la technologie dans la construction des nouveaux imaginaires aériens.
En raison de son invisibilité, l’air est principalement saisissable grâce à des instruments de mesures scientifiques, ainsi que par le langage. En Chine, l’introduction du nouveau concept «wumai» (smog), l’identification des «PM2,5» (particules fines en suspension dans l’air) et la datafication de l’air
qui lui fit suite, ont affecté les ressentis. Il convient aujourd’hui d’appréhender ce nouvel air comme un air différent, un air augmenté. Au croisement de la philosophie, de la politique, de la science et de l’expérience vécue, la conférence performée « This new air, the one we talk about a lot » joue par spéculation des possibilités offertes par les imaginaires changeants de l’air.


Biographie :
Diplômée de l’ENSBA de Paris en 2007, Hanna Husberg développe actuellement son projet de recherche doctorale ‘Troubled Atmosphere – On noticing air’ à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. En mettant l’accent sur l’air, ses projets artistiques s’appuient sur nos imaginaires, nos perceptions et notre rapport à l’environnement immédiat et élargi. Par le travail sur des récits d’échanges matériels, sur la question de la perceptibilité et de la représentation visuelle, ainsi que sur l’articulation de réflexions sur la
manière dont les changements climatiques et atmosphériques transforment (in)visiblement les lieux de vie, elle examine ce qui influence nos réalités socio-économiques et territoriales. Hanna Husberg a participé à de nombreuses collaborations interdisciplinaires au travers de plateformes de recherche telles que « Anthropocene Campus au HKW à Berlin, Frontiers in Retreat » à l’HIAP à Helsinki, « The Seed Box « à la LiU en Suède, ou encore le réseau de recherche art et science ‘HYBRID MATTERs’.



Une réponse sur “Hanna Husberg, This new air, the one we talk about a lot”

Les commentaires sont fermés.