Equipe Master Mind

RESPONSABLES DU PROJET

Nathalie Stefanov, Professeur d’enseignement artistique, Esä
Stéphane Cabée, Enseignant Esä

LES ETUDIANTS

Jules Barron, Maxime Bouquillon, Julien Bourgain, Elsa Califano, Louis Carmine, Lorine Cornard, Sophia Daveluy Moussaoui, Lucie Dupont, Charles Gallay, Estelle Le, Mathieu Locquet, Jonathan Paquet, Lina Qi

L’EQUIPE DU PROGRAMME SCIENCES ET CULTURES DU VISUEL

Sophie Raux, Maître de conférences en histoire de l’art, Université de Lille, IRHIS, coordinatrice iCAVS/SCV
Laurent Sparrow et Angèle Brunellière, chercheurs en psychologie cognitive à l’Université Lille 3 et membres de l’Unité Mixte de Recherche (UMR 9193) Sciences Cognitives et Sciences Affectives – SCALab
Cécile Picard-Limpens, Ingénieure de recherche, gestion de projets et valorisation, Université DE Lille  – laboratoire IRHiS.
Yannick Warmain et Florian Cornet, chercheurs associés au SCALab

Equipe Collisions

RESPONSABLES DU PROJET

Nathalie Stefanov, Professeure d’enseignement artistique / École Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais DunkerqueTourcoing / Site de Tourcoing

Laura Mené, Responsable du développement et de la médiation / Espace Croisé, centre d’art contemporain

Stéphane Cabée, Silvain Vanot, Artistes professeurs d’enseignement artistique / École Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais DunkerqueTourcoing / Site de Tourcoing

LES ARTISTES / (enseignants et étudiants)

Stéphane Cabée, Martial Chmiélina, Silvain Vanot, Marie Brissy, Lucie Dupont, Charles Gallay, Sahar Heshmati , Stanislav Kurakin, Shuxian Liang, Daniela Lorini, Lisa Manchau, Soumaya Menouar, Yosra Mojtahedi, Han Qi, Marie Rosier, Alizée Ségard, Meng Xiangyan, Yunyi Zhu

SCIENTIFIQUES ET HISTORIENS DES SCIENCES

Aurélien Barrau, Professeur à l’Université Joseph Fourier, chercheur au laboratoire de physique subatomique et de cosmologie du CNRS, membre de l’Institut Universitaire de France
Hans Peter Beck, Physicien, CERN
Genève Charlotte Bigg, Historienne, chargée de recherche au CNRS et membre du Centre Alexandre Koyré
Michael Hoch, Physicien, CERN, Genève – Fondateur art@CMS
Chiara Mariotti, Physicienne, CERN, Genève
Philipp Schmidt-Wellenburg, Physicien, Institut Paul Scherrer, Villigen
Corentin Spriet, Ingénieur de recherche CNRS, Responsable de la plateforme de microscopie photonique TISBio

EQUIPE POLYTECH’LILLE

Christophe Chaillou et Rodolphe Astori, enseignants à Polytech’Lille, Université de Lille  pour le Module Art & Science Baptiste Le Roi

Ingénieur matériaux et biomatériaux, cofondateur du Fabricarium de Polytech’Lille, Université de Lille

Et les étudiants de Polytech’Lille

Maher Bencherif, Saad Boudhrissi, Jean Coignot, Vincent Demarquet, Bruno Escobar, Nadine Halabi, Remy Henichard, Axel Hiverlet, Anis Jomni, Pierre Lafdal, Eva Moukahal, Camille Pageau, Khalil Rachidi

Equipe Cells Fiction

RESPONSABLES DU PROJET

Nathalie Stefanov, Professeure d’enseignement artistique / Esä

Laura Mené, Responsable du développement et de la médiation / Espace Croisé, Centre d’art Contemporain

Corentin Spriet, Ingénieur CNRS, Responsable de la plateforme de microscopie TISBio / Université de Lille

Silvain Vanot et Stéphane Cabée, Enseignants Esä

Esä Adèle Vanot, Responsable de la photothèque du CNRS

LES ÉTUDIANTS DE L’ESÄ EN MASTER

Zoé Brunet-Jailly, Benjamin Caron, Delphine Corvisier, Lucie Dupont, Charles Gallay, Heng Liang, Mathieu Locquet, Jonathan Paquet, Lina Qi, Thibault Schiell et Alizée Ségard

L’EQUIPE DE ESPACE CULTURE

Dominique Hache, Responsable Espace Culture, Université de Lille

Mourad Sebbat, Chargé des Initiatives Culturelles, Université de Lille

Expositions Cells Fiction

Suite aux rencontres avec la plateforme de microscopie TISBio et la photothèque du CNRS, Cells Fiction a mis en oeuvre deux expositions

Cells Fiction#1 , du 23 mars au 7 avril 2017 
Galerie Commune -École Supérieure du Nord-Pas de Calais
36 bis rue des Ursulines 59200 Tourcoing
www.galeriecommune.com

Cells Fiction #1, Galerie Commune, 2017

Pour aller plus loin sur le travail de Lucie Dupont ou sur d’autres oeuvres conçues pour cette exposition, télécharger le catalogue ici

Cells Fiction#2, du 16 mai au 2 juin 2017  
Espace Culture
Université de Lille Cité Scientifique, Villeneuve d’Ascq
https://culture.univ-lille1.fr

 

 

Artistes Collisions

Lucie Dupont,
Particles network, Programme sous processing vidéoprojeté, dimensions variables, 2018

Je travaille sur les possibilités d’actions qu’offrent les outils de l’ère numérique.
J’explore, avec le programme Particles network, les liens entre les outils numériques et les particules, constitutives de la matière.
Au fil de mes recherches, après avoir visité le CERN et échangé avec des physiciens, j’ai découvert l’existence des chambres à brouillard. Ces chambres, considérées comme les premiers détecteurs de particules, permettent d’observer les traces blanches de particules, dont la taille et l’épaisseur varient.
Les images produites par ces chambres m’ont rappelé certaines visualisations de données, ce qui constitue une première corrélation entre les deux thématiques de la pièce : les particules et le numérique. J’ai repris l’apparence laissée par les traces des particules dans la chambre pour élaborer un programme. L’image vidéo produite se divise en deux parties reliées entre elles. Sur la partie gauche, on observe un ensemble d’informations concernant des scientifiques dont les découvertes ont pu amener à l’élaboration des outils technologiques. Sur l’ensemble de l’image vidéo, on perçoit des traces blanches qui correspondent au lieu de naissance et de mort de ces scientifiques, tels Becquerel ou Tim Berners-Lee par exemple.

 

Meng Xiangyan,
Recherche, Installation vidéo, dimensions variables, 2018

Recherche est une réflexion portant sur la nature de la lumière.
En m’intéressant à la physique des particules, j’ai appris que la lumière était composée de photons qui ont une nature à la fois corpusculaire et ondulatoire. On parle de dualité quantique. Or, en physique, il existe un phénomène étrange, celui de l’influence de l’observateur sur l’objet observé. En effet, en physique quantique, l’observateur perturbe la mesure de l’objet, qui se présentera alors soit sous un état ondulatoire, soit sous un état corpusculaire. Je me suis alors interrogée sur la façon de convertir ces phénomènes contre-intuitifs par le biais d’une installation qui donne à voir une projection reliée à un capteur et à une lumière qui dessine un halo en présence d’un spectateur.
Lorsque le spectateur se rapproche de la projection, il déclenche un halo de lumière, qui lui confère une certaine importance.
Ce halo perturbe à son tour l’installation en modifiant la projection qui selon son état fait apparaître des ondes ou des particules.

 

Yunyi Zhu,
Le proton, Vidéoprojection, 2’10’’, dimensions variables, 2017

Pour cette vidéo, j’ai travaillé à partir des données visibles sur les écrans des salles de contrôle du CERN. Ces données portent sur les mesures des protons et de l’antimatière. J’ai converti ces données en utilisant le programme informatique Processing.
Les images qui en résultent donnent à voir des particules qui se heurtent sans cesse. La visite du CERN et les échanges avec des scientifiques en novembre m‘ont aidé à mettre à jour mes idées créatives. Ces nouvelles connaissances et les perspectives qu’elles ouvrent m’engagent à poursuivre la recherche dans les formes que peuvent prendre les relations entre les sciences et les arts.

 

Marie Brissy,
Opposite, Vidéoprojection sur verre, 25 x 50 x 26 cm, 2018

Réalisée en collaboration avec Corentin Spriet, responsable de la plateforme TISBio de l’Université de Lille- Sciences et Technologies, Opposite est une installation présentant des images obtenues par l’observation d’une vésicule. On remarque que ces vues sont proches de celles obtenues par le télescope Hubble. Ainsi un lien se tisse entre le microscopique et le macroscopique.
Les images sont projetées sur cinq plaques de verre, rappelant les lamelles d’observation utilisées pour les microscopes. Selon sa position face à l’installation, le spectateur peut découvrir, à chaque instant, une vue différente. L’apparence de cette installation offre un possible rapprochement avec la Voie lactée.

 

Stanislav Kurakin,
Observatorium, 4 télescopes, 120 x 60 x 60 cm, 2018

Quel est ce petit observateur placé de l’autre côté du verre, dont l’oeil paraît aussi énorme que l’Univers entier ? Cet observateur curieux mit fin à la cosmologie religieuse en osant regarder dans un trou de serrure pour voir ce qu’il y avait et en ne voyant rien. Le télescope devint vite un des symboles de la révolution scientifique et fut responsable d’un changement paradigmatique considérable dans la société depuis le XVIe siècle. Le jour où l’homme devint observateur de l’Univers, il réussit à amener sa connaissance et sa conscience Le projet a été élaboré en collaboration avec : Marc Bonnaure, ingénieur et membre de l’association CARL à l’Observatoire de Lille, Corentin Spriet, chercheur à l’université de Lille – Sciences et technologies, Jean Coignot et Axel Hiverlet, étudiants en dernière année, Polytech’Lille, Université de Lille – Sciences et technologies. à un niveau supérieur. Mais saura-t-il un jour échapper à luimême dans sa quête du réel ?
L’installation comprend quatre télescopes à fonctions détournées qui interrogent notre rapport à la réalité. Le premier télescope présente une réflexion sur la possibilité de l’observation du noir absolu dans l’environnement qui est le nôtre, ce qui évidemment s’avère impossible car l’absence de lumière signifie l’impossibilité de l’observation. Le deuxième interroge la nature des données qui nous permettent de découvrir l’espace, d’où une interprétation sonore des corps célestes donnée à écouter dans un appareil à usage visuel. Le troisième télescope interroge la relation entre l’infiniment grand et l’infiniment petit : il recèle en lui un microscope et un échantillon de tissu vivant qui, agrandi plus de 1200 fois, ressemble à la représentation d’une nébuleuse. Enfin, le dernier télescope efface le traditionnel « objet de recherche » en le remplaçant par… le sujet lui-même : un jeu de lentilles et d’éclairage permet au spectateur de voir l’infini à l’intérieur de son propre oeil.

 

Shuxian Liang,
Nuages, Vidéoprojection, 10’, dimensions variables, 2018

Ce travail vidéo s’inspire librement de nébuleuses qui, en astronomie, désignent des objets composés de gaz et de poussières interstellaires.
Ces objets célestes jouent un rôle clé dans la formation des étoiles.
En chinois, une nébuleuse se nomme « nuage d’étoile ». Je suis partie de cette désignation pour concevoir une vidéo présentant, sous le logiciel Adobe After Effects, plusieurs de mes dessins constitués de lignes dont les courbes se déploient dans l’espace. Ces dessins s’animent ainsi devant le spectateur, l’engageant à imaginer une immersion à l’intérieur de l’espace même des courbes en perpétuel mouvement.

 

Soumaya Menouar,
Magma chimique, Vidéoprojection, 4’, dimensions variables, 4 disques, 2018

Les questions autour de “l’illusion” constituent la base de mes recherches tant théoriques que plastiques. Mon travail associe le documentaire et la fiction : je cherche en partant de données scientifiques ou technologiques à provoquer un décalage, un jeu d’illusion. C’est ainsi que j’ai fondé le laboratoire Arcefict (1) qui a notamment pour quête utopique de construire un algorithme de l’illusion. Pour l’exposition Collisions, le laboratoire s’intéresse à la “Soupe primordiale”: il s’agit d’un “magma de particules prébiotiques” (2) qui serait à l’origine de la vie sur Terre. A partir de cette expérience, le laboratoire recherche des mélanges, associe des produits, inverse l’espace-temps… Il use notamment de carbone, de vitamine C, d’huile, de minéraux et de glycérine. Dans ce Magma chimique, nous cherchons à créer des illusions : l’apparition et la mutation d’éléments tels que des particules, des galaxies, des cellules, des cyclones, des planètes ou des trous noirs. Il s’agit là de produire, avec la chimie, des correspondances entre la biologie, la physique et l’astrophysique. Aussi, la forme circulaire n’est pas sans faire allusion au Rotoreliefs (3) de Duchamp, pour renforcer ce jeu d’illusions. Magma chimique cherche à ouvrir le regard, à le transporter vers cet ailleurs, cet univers où les arts et les sciences s’associent.

1. Artistes Chercheurs en Expériences Fictionnelles
2. Selon l’expérience de Miller, 1953
3. Rotoreliefs, Impressions sur Vinyle, Marcel Duchamp, 1935

 

Marie Rosier,
Au delà de l’iris, Série de photographies numériques, dimensions variables, 2018

Que se passe-t-il lorsque nous approchons le monde différemment ? Que produit le fait de ne plus regarder les choses simplement à l’oeil nu, mais à l’aide d’outils ? Comment aller au plus près, tout en gardant une approche contrainte par les instruments ? C’est de cela dont traite la série de photos Au delà de l’iris.
J’ai voulu m’approcher de l’oeil humain et plus particulièrement, dans le cadre de Collisions, des yeux des physiciens qui détectent les particules, invisibles à l’oeil nu. J’ai mis en place un dispositif qui permet de prendre en photo l’iris des scientifiques que j’ai rencontrés tout au long de la préparation de l’exposition. A travers l’objectif, grâce à la macro-photographie, s’est ouvert un nouveau monde, de nouveaux paysages qui s’apparentent à des tableaux, à des paysages qui m’étaient jusque là inconnus. Cette nouvelle perception, cette nouvelle manière de voir, n’est pas sans rappeler le processus d’observation des scientifiques, qui travaillent à l’aide de microscopes ou de détecteurs.
Me familiarisant progressivement avec ces nouvelles images, parcourant de près les yeux des scientifiques, j’ai été surprise de découvrir tantôt des formes, tantôt des couleurs présentes dans les représentations que nous connaissons de l’Univers : des constellations, des nébuleuses… La pupille, par exemple, fait écho à un énorme ”trou noir” alors que les yeux marron, vus de près, semblent parsemés de cratères martiens. Je travaille ainsi sur l’intérieur même de l’image des yeux, laissant mon propre regard dériver dans ces paysages, que j’agrandis ou rétrécis. J’ai joué avec les formes, les couleurs et les textures, jusqu’à trouver la bonne image.

 

Daniela Lorini,
Polyphonie, Installation sonore et plastique, 5’15’’, 80 anneaux de placage en bois, 400 x 100 x 80 cm, 2018

Mon travail cherche avant tout à susciter une prise de conscience à l’égard de certains problèmes de notre société, tels que les questions liées à l’environnement et à la préservation des ressources naturelles. Ma démarche consiste en des installations plastiques et sonores qui utilisent des matériaux naturels pour leur faible impact sur l’environnement. Je me sers aussi de la technologie par le biais du son. Pour l’exposition Collisions, je me suis intéressée à la cosmogonie des Guarani, une population amérindienne des régions subtropicales.
J’ai travaillé à partir de leur approche des mots et des sons relatifs aux sphères documentés dans le livre Yapisaka-Ver con los oídos de Garcia Ortiz Elio. Pour développer la partie sonore de ma pièce, je me suis appuyée sur les recherches de Sylvie Vauclair, La chanson du Soleil et La symphonie des étoiles, et sur celui de Dominique Proust, L’harmonie des sphères, ainsi que sur les propos de l’astrophysicien Aurélien Barrau portant sur l’origine de l’Univers. Ces recherches m’ont amenée à travailler à partir de la planète naine Pluton pour développer une réflexion sur la perception du monde et sur notre relation avec celui-ci. Cette réflexion prend aujourd’hui la forme d’une installation intitulée Polyphonie.
Polyphonie évoque le langage Guarani qui rentre en interférence avec les sons supposés d’objets célestes. Constituée d’anneaux de bois suspendus, l’installation, qui mesure 300 x 100 cm, est la représentation visuelle de l’empreinte sonore d’un texte enregistré en langue guarani. Le spectateur entend une lecture du texte qui s’assemble aux sons que m’évoque la planète Pluton.

 

Yosra Mojtahedi,
Tombée du ciel, Résine, projection vidéo, 100 x 80 x 70 cm, 2018

« Nous sommes des poussières d’étoiles »
Hubert Reeves.
Un rocher, posé sur la lumière, semble flotter dans l’air, sombre et mystérieux, extraterrestre. Face à nous, tombé du ciel, un objet venu de l’espace : une météorite.
Les météorites nous parlent de la création du système solaire et de ses planètes, dont la nôtre. Elles nous parlent aussi de nos origines : on y trouve les molécules organiques nécessaires à l’apparition de la vie.
D’ailleurs, elles ont longtemps été la seule source de fer des êtres humains, matériau rare et précieux. Mes travaux ont toujours été inconsciemment inspirés, entre autres, par les différents éléments de la nature, comme les pierres, cailloux et rochers qui flottent dans l’eau. Mon installation présente une sculpture qui prend la forme d’un rocher inspiré par les météorites : elle est faite en résine et recouverte d’une couche de poussière de fer, matériau formé dans les corps célestes.
Le spectateur sera invité à toucher la météorite. S’il regarde de plus près, il y verra un point lumineux : une lentille, comme celle des microscopes, permet d’en observer l’intérieur. Dans cet objet massif et inerte, apparaît alors une forme, un mouvement, une ondulation poétique : un être vivant en train de naître, projeté sur un écran. Venue de l’infiniment grand et de notre passé, cette météorite contient, comme un écrin, une étincelle infiniment petite de la vie à venir.

 

Han Qi,
2089 : L’origine des espèces, Animation 3D, dimensions variables, 2018

Je m’intéresse aux énigmes que partagent les domaines artistiques et scientifiques.
Pour l’exposition Collisions, j’ai imaginé un monde fictionnel.
2089 : L’origine des espèces est une vidéo en plusieurs chapitres présentant un univers proche de celui de la science-fiction.
L’ensemble de ce projet est issu d’une peinture que j’avais préalablement réalisée. J’ai voulu par la suite concevoir, numériquement, une troisième dimension à ce paysage peint. Pour cela, j’ai assemblé plusieurs éléments : des extraits du film 2001 L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick et des photographies de planètes agencés avec mes propres travaux représentant un paysage qui pourrait être celui de la planète Mars. Sur ce paysage numérique, j’ai dessiné une imposante architecture qui indique la possibilité d’une présence humaine.

 

Alizée Ségard,
Nez dans le Cosmos, Aluminium et parfum, 50 cm de diamètre, 2018

Mon intérêt se porte généralement sur le rapport que l’on entretient avec la disparition et ce qu’elle engendre. Ceci passe par un travail sur l’empreinte et la trace, mais aussi par le biais des odeurs, qui ont la capacité d’atteindre directement l’affect, sans avoir de réelle matérialité.
Nez dans le Cosmos est une pièce à la fois visuelle et odorante.
Une première approche de l’oeuvre se fait par le regard. On découvre une demi-sphère métallique creuse et ouverte vers le spectateur. L’intérieur blanc annule l’effet de perspective et de profondeur. Tandis que l’on s’approche, une nouvelle dimension se dévoile : l’odeur. Il s’agit d’un parfum reconstitué à partir de témoignages et de discussions avec quelques chercheurs du Paul Scherrer Institut et du CERN sur l’odeur dans l’espace, et plus précisément celle des objets célestes.
Ici, le parfum se veut à la fois agréable au premier abord, avec des notes légères, volatiles, suggérant l’air des grands espaces, puis plus piquantes, renvoyant au soufre et à l’ammoniac.

 

Stéphane Cabée,
En temps d’espace, Projection vidéo et impression 3D, 60 x 34 x 9 cm, 2018

Immergé dans l’univers des collisions subatomiques, perdu dans les échelles de Planck et la gravitation quantique, mon esprit divaguait dans ces zones où l’entendement est approximatif, où la science n’interprète plus mais imagine les possibles. Alors que nous confrontions, avec Philipp Schmidt- Wellenburg, physicien du Paul Scherrer Institut (PSI), les principes spatio-temporels gravitationnels à mon expérience commune du monde newtonien, l’idée d’expérimenter l’être particule, de ressentir ces concepts extrêmes de la réalité, m’a frappé. Comme l’avait proposé le jeune Einstein, je voulais apercevoir le monde juché sur le dos d’une particule. Cette image acquerrait peut-être une nouvelle dimension entre matière, lumière et énergie.
Inspiré des méthodes scientifiques de Philipp qui font écho aux procédés d’expérimentation de l’image numérique que j’entretiens dans ma pratique et qui consiste souvent à concevoir de petits programmes de génération semi-autonomes qui traitent en image différents types d’informations, j’ai élaboré une sorte de protocole de création pour répondre à ma proposition.
Le processus commence par confronter le référentiel physique humain à celui de la particule. Ma suggestion de faire rentrer Phillip dans un accélérateur ayant été rapidement écartée, je l’ai équipé d’une caméra positionnée au niveau du regard et lui ai demandé de suivre, par voie humaine, le trajet des particules projetées dans le synchrotron de source lumineuse du PSI. Phillip a ainsi enregistré une vidéo de 3’26, temps nécessaire pour parcourir à pied les 288 mètres du synchrotron. Cette collecte d’informations alimente ensuite un programme conçu pour ramener le temps de la vidéo au temps de trajet d’une particule, soit environ 1 μs. Ce programme simule l’écrasement lumineux des plans successifs d’espace enregistrés par la caméra. L’algorithme traite les données de teinte, de contraste et de luminosité des images et les compacte à ceux de la suivante pour finalement générer une nouvelle image condensée. Ce processus de traitement engendre la perte d’une grande quantité d’informations et comme un écho aux collisions de particules, cet écrasement devait dégager quelque chose. Puisque le temps et l’espace sont intrinsèquement liés, et comme l’opération venait de comprimer du temps, l’expérience pouvait libérer de l’espace et donner un volume à la lumière. Un algorithme matérialise cet échange en transposant les données de teinte des pixels sur l’axe d’épaisseur de l’image. Le procédé donne ainsi à chaque pixel une position sur l’axe de projection de la lumière, modélisant les fréquences de son onde.
D’autres expériences suivront sur le même protocole notamment au CERN, en suivant le trajet extérieur de 7 km du SPS (Supersynchrotron à Protons) et celui de 27km du LHC (Grand Collisionneur de Hadrons).

 

Charles Gallay,
Under the skin, Vidéo-mapping, son et capteurs, dimensions variables, 2018

« Le temps n’est pas ce que tu crois ! », disent-ils au vidéaste. Celui-ci se retourne, interdit, face au philosophe et au scientifique. Les regards sur le temps portés par Newton, Einstein et la physique quantique montrent que sa nature nous échappe. Ces conceptions, dans leur diversité, affectent les nouveaux médiums pétris de temps et bouleversent le processus de création de ceux qui en font usage. Dans cet effort de faire sentir une autre nature du temps, Under the skin contraint la vidéo et le son dans l’espace, jouant avec la lumière et la présence. L’installation substitue alors à la valeur temporelle d’autres variables physiques, désignant le spectateur comme l’ordonnateur des événements. Derrière cette troublante question du temps s’en cache deux autres : comment construire un travail contre l’intuition et, parfois, au-delà de l’entendement ? Comment le fait de comprendre le monde transformet- il le monde lui-même ?
Ce travail s’inscrit dans une esthétique de la frontière, en tant qu’outil de compréhension du monde. Celle-ci permet à la fois la classification – indispensable à la conceptualisation – et la porosité. Cet espace d’intersection entre deux notions se traduit alors par des dialogues et des ambiguïtés. Avec le médium vidéo, mon travail explore et applique ce système à d’autres idées – fiction/documentaire, objectivité/subjectivité, inné/acquis – et s’emploie à créer des situations d’équilibre. Il s’agit alors d’alvéoles d’expérimentations (ou peutêtre de laboratoires), terrains d’un jeu de cache-cache ou de confrontation.

 

Lisa Manchau,
Perturbations, Pendule double, béton fibré, capteur, programmation numérique, 32 x 32 x 182 cm, 2018

Le paradigme du chaos tel qu’énoncé par Hadamard, Poincaré puis Lorenz, a depuis le siècle dernier suscité une étrange fascination auprès de nombreux intellectuels, poètes et artistes.
Réalisée en collaboration avec Christian Thellier, Perturbations, à travers son mouvement hypnotique retranscrit par la forme visuelle et sonore le résultat d’une trajectoire erratique, fruit du balancement simultané de ses deux pendules.
L’installation est fixée sur un socle de béton, rappelant les gigantesques blocs protégeant de la radioactivité les hangars du CERN ainsi que ceux du Paul Scherrer Institut.
Figée à son instant initial, Perturbations invite le spectateur à actionner le pendule, puis à procéder à l’observation de son mouvement. Comme le ferait un chercheur, le spectateur est amené à réitérer l’expérience, s’appuyant en cela sur les protocoles de recherche du domaine scientifique, multipliant les phases d’observation pour valider l’expérimentation.
Forcé de constater, à chaque lancer, des différences majeures dans la position des bras du pendule, il sera amené, progressivement, à s’aventurer dans la contemplation et l’écoute d’un harmonieux chaos.
Ainsi, derrière cet apparent désordre, la théorie du chaos laisse à penser qu’un ordre strict pourrait se dévoiler.

 

Martial Chmiélina,
Particule, Bande son, installation, dimensions variables, 2018

Autour de la table.
(se levant) Mélenchon ?
— Non non non, il faut deux syllabes, comme pour les chiens, pour la mémoire…
— Macron, Marion…?
(soupirant) Pffffff… Branle-bas-le combat à l’agence, la cellule com’ a décroché le contrat pour nommer l’ultime particule élémentaire découverte par l’esthète chercheuse Natalov du labo PRIST.
— Si nous avons été contactés, c’est pour démocratiser la physique quantique pour le vulgum pecus, éviter les noms spécieux, latin et tout le tintouin… (dans le style de Tolkien) C’est notre mission que de nommer cette particule pour les trouver toutes, cette particule pour les amener toutes, et dans l’antimatière les lier pour toutes…
— Sauron ?
— Mais non !
— Allons, réfléchissons ! (tapant du poing) Deux syllabes pour un nom… Au charbon !
— Euh…Neutron ?
— Proton…(éructant) gluon !
— NON, ne recyclons pas !
— …(penaud)…Pardon… La séance de brainstorming en était à son introduction…

 

Sahar Heshmati,
Raconter l’histoire, Puzzle de cubes en bois, 25 x 25 x 5 cm, 2018

L’Univers a-t-il des limites? Un trou noir aspire-t-il vraiment tout ce qui y pénètre? Les mondes parallèles existent-ils ? Je montre divers graphismes et images illustrant plusieurs théories de l’Univers, du géocentrisme à nos jours, illustrations que j’agence sur un puzzle composé de cubes. En participant à la conférence d’Aurélien Barrau à l’ESÄ, je me suis familiarisée avec les dernières théories du cosmos.
En jouant avec le puzzle, le spectateur construit une évolution spatio-temporelle de l’Univers selon différents paradigmes et retrace ainsi une histoire des représentations du monde. J’ai configuré le puzzle de manière à ce que l’on ne puisse pas le terminer, afin de montrer que notre connaissance sur l’Univers est toujours en devenir. En effet, selon Karl Popper, philosophe des sciences, notre connaissance sur le monde, pour être scientifique, se doit toujours d’être réfutable. C’est-à-dire que chaque théorie scientifique peut être invalidée à tout moment par de nouvelles découvertes. Dans ma proposition plastique, j’interroge l’image que nous construisons du monde et particulièrement la part de vérité et d’incertitude de nos théories. Le puzzle confronte des connaissances réfutées de l’Univers par nos dernières découvertes afin d’interroger nos convictions dans une collision de possibilités.

 

Silvain Vanot,
Boosting the Protons, Single vinyle + visuels pochette en 6 exemplaires de 20 x 20 cm Lecteur CD avec casque, 2018

Le vide règne dans les tubes des accélérateurs de particules, et avec lui le silence. Quoi de plus stimulant pour un designer sonore que ce silence absolu ?…
La sonification est une technique nouvelle qui permet de transformer des données non sonores en son et en musique. Je m’en suis inspiré pour donner des transcriptions musicales d’expériences pratiquées dans ces environnements muets.
Lors de notre voyage en Suisse, j’ai observé longtemps le Booster du CERN : un anneau quadruple qui permet aux particules de prendre de la vitesse avant de partir vers les différents accélérateurs. Ses écrans de contrôle m’ont inspiré deux sonifications. Un des moniteurs montre la répartition des faisceaux vers les accélérateurs, il évoque graphiquement des tablatures de flute à bec ; j’ai donc composé une pièce pour un quatuor de flutes grâce à ces diagrammes. Un autre écran permet de visualiser l’intensité de deux faisceaux couplés. Grâce à un logiciel de musique assistée par ordinateur, ces courbes sont devenues des mélodies jouées sur des pianos Steinway et August Förster – soit la version contemporaine et luxueuse du piano mécanique d’antan.
Enfin, au restaurant du CERN, j’ai écouté les scientifiques et les étudiants échanger dans une grande diversité de langues. À la fin de la pièce pour deux pianos, surgit cette Babel contemporaine jouée en percussion sur les quatre flutes. Le rythme imite ceux de textes lus, dans quatre langues différentes, par des chercheurs qui ont participé à la découverte du boson de Higgs.