SCALAB, Sciences Cognitives et Affectives de l’Université de Lille

14/10/2022

Les étudiants inscrits au programme Prist ont procédé à une première visite de laboratoire, celui du SCALab, Laboratoire de Sciences Cognitives et Affectives de l’Université de Lille

Ce laboratoire développe « un programme de recherche sur la cognition, les émotions et les croyances ». Une partie de ses équipements est située sur le site de la Plaine Images à Tourcoing, au sein du bâtiment Imaginarium. L’équipe Prist a été accueillie par le chercheur Laurent Sparrow et la doctorante Raphaëlle Radenne.

En complément, nous avons visité le superbe TORE (The Open Reality Expérience), un espace de réalité virtuelle !

Peut être une image de 1 personne et intérieur
Annaëlle Ostreich, accompagnée de la chercheuse Raphaëlle Ravenne, effectue un test oculométrique
Peut être une image de 1 personne et intérieur
Découverte de l’écran tactile géant
Peut être une image de écran
Aucune description de photo disponible.
Julie Everaert, en immersion dans le TORE
Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
Le TORE vu du côté des projecteurs

Présentation du programme 2021-2022

DÉ-RÉALITÉ – DES RÉALITÉS
« I can touch what is too far away »


Nourri par un ensemble de conférences, de visites de laboratoire et de workshops, PRIST propose de mettre à l’épreuve de l’expérimentation individuelle et collective les principales notions qui se trouvent mises en jeu dans l’exploration critique de la réalité plurielle où nous vivons.


Nous convoquerons diverses réalités qui s’imbriquent dans le réel factuel. Elles peuvent être qualifiées de « fictionnelles », de « virtuelles » ou de « projetées » mais encore définies comme relevant de l’imaginaire ; elles peuvent dépendre de technologies très récentes (AR, VR, RM, XR), comme de techniques culturellement et historiquement
situées.


Quelles transformations ces réalités plurielles opèrent-elles sur notre imaginaire ?

@ TORE / Imaginarium /Plaine Images / Tourcoing, https://www.youtube.com/watch?v=hwnBgif1gHo&t=101s 

Programme 2021-2022

14/10/2021 – 14h – Visite du SCALab, Laboratoire de Sciences Cognitives et Affectives de l’Université de Lille. https://scalab.univ-lille.fr/Ce laboratoire développe « un programme de recherche sur la cognition, les émotions et les croyances ». Une partie de ses équipements est située sur le site de la Plaine Images à Tourcoing, au sein du bâtiment Imaginarium. Une visite du TORE (The Open Reality Expérience), espace de réalité virtuelle, est prévue à cette occasion.https://www.plaine-images.fr/les-actus/the-open-reality-experience/

21/10/2021 – 14h – Intervention de l’artiste Stéphanie Lagarde. https://lagardestephanie.com/
« Stéphanie Lagarde est une artiste qui s’intéresse à la frontière, la bascule entre le réel et la fiction. Elle participe à de nombreuses expositions en France et à l’international telles qu’au Tallinn Art Hall en Estonie, à la Biennale Movinta de Nice, au Ludwig Forum für Internationale Kunst en Allemagne, au Centre for Contemporary Photography de Melbourne. Après une résidence à la Jan van Eyck Academie de Maastricht et à la Fonderie Darling de Montréal, elle est actuellement en résidence au Salzburger Kunstverein en Autriche ».

22/10/2021 – Visite du laboratoire d’électrotechnique et d’électronique de puissance, Université de Lille, par Frédéric Giraud. Présentation du projet STIMTAC http://l2ep.univ-lille.fr/groupes-de-recherche/equipe-commande/projet-stimtac/. Cité scientifique.

28/10/2021 – 14h – Intervention du philosophe Andrea Pinotti. https://www.paris-iea.fr/fr/liste-des-residents/andrea-pinotti
Andrea Pinotti est professeur d’esthétique, de la représentation et de la théorie de l’image à l’Université de Milan. Ses projets de recherche portent sur « l’hyperimage, la simulation, l’immersion et le défi des environnements hyperréalistes ».

18 au 19/11/2021 – Workshop avec Laura Colmenares Guerra. https://ulara.org/ « Artiste visuel Colombienne et Espagnole, habitant à Bruxelles, Laura explore le potentiel de divers médias. Vidéo, photographie, 3D, matte painting et compositing, ses principaux axes de travail sont l’installation, la sculpture, le film et la performance. Elle propose des environnements qui abordent la question de la perception du corps, en lien aux politiques du paysage et à la construction des concepts de nature et de naturel. Dans le domaine de l’installation, Laura a développé des oeuvres utilisant des dispositifs interactifs afin de créer une expérience immersive pour le spectateur ». http://www.artsplastiques.cfwb.be/index.php?id=17232

23 au 26/11/ 2021 – Workshop avec David Ayoun http://www.davidayoun.fr et Esther Mollo https://www.lecorpsutopique.com/esther-mollo/

16/12/2021 – 14h30 – Intervention de Stephen Vitiello. https://www.stephenvitiello.com/. « Tracing the sound of space is Vitiello’s most recent venture, but throughout the 1990s he was the sound guy on call for New York video artists. His sound works accompanied video works by, among others, Tony Oursler, Jem Cohen and Nam June Paik. A collaboration with Brazilian artist Éder Santos brought him to the attention of the organisers of the 1998 Per>SON festival. Vitiello was then invited to create a 64-channel audio work in a church in Cologne. Programmed alongside Pauline Oliveros and Scanner, Vitiello leapt from video accompanist to the first rank of artists using sound in its own right. At the same time, ‘sound art’ leapt from dank basement sub-category to shiny immanence ». http://www.kim-cohen.com/seth_texts/Stephen_Vitiello_Profile.html

12/12/2021 – (Date à préciser) – Début du Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille, avec intervention du Pr. Christophe Chaillou. Présentation des pré-projets artistiques pour le module. Observant que les collaborations entre artistes et ingénieurs tendent aujourd’hui à s’accélérer, ce module permet d’en faire l’expérience, en faisant travailler les étudiants ingénieurs de Polytech’Lille avec les étudiants de l’esä. Les étudiants des deux institutions sont encadrés par les scientifiques et les enseignants de l’esä. La production est développée au FabLab de Polytech’Lille (le Fabricarium).

17 au 21/01/2022Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille. Avec les élèves de Master Polytech’Lille.

Le module comprend une initiation aux questions posées par les œuvres situées à l’interface des arts et des sciences. Il se poursuit par la rencontre avec un artiste contemporain, dont les œuvres complexes – numériques et interactives, souvent dotées de formes et matériaux innovants -, sollicitent les compétences en ingénierie, transformant l’ingénieur en co-créateur de l’œuvre. Enfin, le module amène l’étudiant ingénieur à répondre aux questions et besoins que se posent les étudiants en art au sujet de leur installation artistique et à inventer des solutions innovantes en dialogue avec ces jeunes artistes.

03/03/2022 – 10h – Intervention de Elise Morin autour de la pièce Spring Odyssey, suivi d’un après-midi d’échange autour des projets.

Elise Morin develops an interdisciplinary practice rooted in ecological thinking that questions our relationship to the visible and to types of coexistence. The design and production processes generate collaborations with scientists, local communities, engineers, musicians and philosophers.
The choice of specific places and environments are intrinsic components of her work. They enable re-flection on the relationship of creation to the com-mon good, on the role of esthetics in understanding other perceptions of a damaged world. »

10/03/2022 – Intervention de Mauro Carbone. https://facdephilo.univ-lyon3.fr/carbone-mauro-2 .

05 au 25/05/2022 – Montage, exposition et démontage de l’Exposition PRIST, Galerie Commune. Montage du 05/05 au 11/05 ; Vernissage le 12/05, Exposition du 13/05 au 20/05 ; Démontage et remise en état : 23 et 24/05. http://galeriecommune.com/

L’EXPOSITION

Kairui Yao

L’éternité et une seconde 
 
Performance, Vidéo, Poème sur papier (noir sur noir), 10 min, 2021
 
 
L’installation se compose d’une projection et d’une pile de feuilles A4 de couleur noire sur lequel est écrit une phrase. Sur la projection, le spectateur observe deux visages, l’un avec les yeux ouverts, l’autre avec les yeux fermés. Ce dernier évoque ici le symbole de l’immoralité. Il s’agit d’une conservation silencieuse à laquelle s’ajoute une voix off qui traite de la question des technologies de numérisation du cerveau à l’échelle manométrique, qui permettra à terme : “le transfert graduel de notre personnalité et de nos compétences vers une partie synthétique de notre intelligence.” Nous vivrons de plus en plus dans le monde virtuel qui deviendra impossible à distinguer de l’univers que nous appelons « réalité ». 
 
Cette pièce questionne le futur statut des consciences numériques immortelles. Si nous pouvions devenir des cyborgs, quelles seraient les conséquences pour nous-mêmes et pour notre monde ? Un futur utopique ou la fin de notre humanité ?
Lu Yanping

La lumière de la vie, Ruban adhésif, bandage, capteur, 2021

Il s’agit d’une silhouette de petite taille entourée de rubans blancs qui réagit aux spectateurs en émettant de la lumière et du son.  Quand un humain s’approche,  la lumière clignote ; quand il s’éloigne, le son émet différentes fréquences.
 
Ce travail questionne le déséquilibre entre l’homme et les technologies. Cette silhouette renvoie au devenir de l’humanité, à son besoin constant d’énergie et d’échanges virtuels pour le soutenir, telle une lampe qui s’éteint faute d’avoir reçu les ressources nécessaires. Dépendants de la communication virtuelle, nous avons peur de communiquer directement. 
Cette pièce a été réalisée avec l’aide de Adrien Descamps dans le cadre du module de Co-création, Polytech’Lille / Esä ». Elle a aussi reçu l’aide de Stéphane Cabée et de Nathalie Stefanov.

Quelques-unes des vues préparatoires à la mise en espace

Julie EVERAERT, Panellus-Stipticus, Installation
Pétigny, Hugo, IR
Laura Elias Soler, Vue microscopique
VASE Nina – Of flesh and pixels
Annaëlle Oestreich, Anemo Installation, ventilateurs
Blanche Taddei Prototype
Yanping Lu
Alexandre Kieber
Johanna Level
Alexis Bens, GALEA, installation vidéo, vue 3

Session VR: Oculus + Blender + Unity + IIvimat

Sous la direction de Stéphane Cabée

Le 10/02/2021, Séance de travail avec les étudiants de l’esä et de Polytech’Lille sur l’interaction en Réalité Virtuelle (RV) et l’intégration de modèle 3D et d’animations dans Unity

Les étudiants en art ont pris en main les Oculus Quest 2 et ont découvert plusieurs environnements de RV dont une reconstitution de l’œuvre de Jonathan Paquet, À l’heure de la sieste, produite en 2019 par le Fresnoy-Studio national des arts contemporains.

Les étudiants de Polytech ont présenté leurs récentes recherches sur la prochaine version de IIViMat, logiciel développé dans le cadre du programme MAVII, qui exploite la reconnaissance des gestes et du corps pour l’interaction avec les environnements simulés.

Cette rencontre, riche en échanges, a permis d’évoquer de futures collaborations entre les étudiants et les projets esquissés se poursuivront dans les mois qui viennent.
Les compétences en modélisation et le sens esthétique des étudiants en art a séduit les jeunes ingénieurs et l’expertise en programmation des étudiants de Polytech’Lille a susciter de nouvelles perspectives de travail chez les jeunes artistes.

À suivre…

Les projets réalisés : rapports scientifiques et artistiques

Se répartissant entre l’Esä et le Fabricarium à Polytech, les étudiants ont construit durant une semaine à deux, parfois trois, leur projet respectif.

Julie Everaert et Benjamin Labart, champignon en 3D

Consignes de préparation des rapports :

Rapport de synthèse en 6 pages, exactement une page pour chaque item dessous :

  • Couverture (avec le titre de votre projet, vos noms en précisant ESA ou Polytech, une photo ou un dessin, une description en une phrase du travail commun) ;
    Présentation du projet artistique par l’étudiant ESA
    Présentation de votre cahier des charges et des objectifs pour la semaine ;
    Description des travaux réalisés (dont les essais infructueux) et des résultats obtenus ;
    Bilan des problèmes non résolus, de la liste des tâches restantes à faire d’ici l’accrochage
    Conclusion sur ce que vous avez appris de ce travail commun.
  • Rapport scientifique par les étudiants Polytech’Lille (longueur libre, max 10 pages)
  • Vous devez rédiger un document scientifique qui permettra à l’artiste de disposer d’arguments académiques permettant d’expliquer/justifier les technologies choisies pour l’œuvre. Il peut inclure du travail bibliographie, des argumentaires scientifiques, un compte-rendu d’expérience, une démonstration ou d’autres éléments.

Album du workshop

Nous publions ci-dessous quelques rapports artistiques et scientifiques qui témoignent des engagements dans le module.

Lieux de vi.des,
Amelia BELHADJ et Florentin DEWULF
Panellus Stipicus,
Jullie EVERAERT et Benjamin LABART
Of Flesh and Pixels,
Nina VASE et Auriane MABY-RAUD
Valérie Valère ou l’Obsession Blanche,
Elina KASTLER, Serge PENAHERRERA et Alex BELLANGER
En quête des manières pour cohabiter avec des mycéliums,
Laura ELIAS SOLER et François QUINZIN
Interférences,
Hugo PETIGNY et Léo-Paul BABOUT
Anemo Installation,
Annaëlle OESTREICH et Manon GUEGAN

Journée d’ouverture 18 janvier

Programme de la journée

  • 9h00 : Accueil. introduction à PRIST et au module, par Nathalie Stefanov, Christophe Chaillou, Stéphane Cabée, Marie Lelouche.
  • 10h -10h30 : Visite de l’ESÄ
  • 10h30- 11h30 : Constitution des binômes et définition des sujets
  • 11h30 – 12h15 : Cours sur la VR, par Christophe Chaillou
  • 12h15-12h30 : Présentation de l’atelier par Jonathan Paquet 
  • Pause déjeuner       
  • 13h15- 16h00 : Construction /Mise en œuvre.
  • 16h-17h00 : Restitutions des projets

L’atelier, par Jonathan Paquet

Le 18 janvier, l’artiste Jonathan Paquet, fort de son expérience immersive « A l’heure de la sieste« , présentée au Fresnoy-Studio national des arts contemporains en 2020, est venu dans un premier temps présenter son travail qu’il poursuit avec Christophe Chaillou (logiciel IIVIMAT). Puis dans un second temps, il a lancé un atelier permettant d’une part d’u-instaurer une réflexion pratique sur la réalité virtuelle et d’autre part que les binômes se rencontrent en réalisant ensemble un projet pendant quelques heures.

Projet de Hugo Miel et Alexis Bens

DESCRIPTION DE L’ATELIER

« Chacun des binômes, constitués d’un étudiant en art et d’un ingénieur, devra réaliser une maquette d’un lieu réel ou imaginaire à l’image de celles utilisées dans le milieu de l’architecture ou de la muséographie. Cette maquette doit être un espace doté d’ouvertures (fenêtre, porte…) donnant sur un ou plusieurs espaces. Par exemple,
intérieur vers l’extérieur, extérieur vers l’intérieur, intérieur vers intérieur, etc.

L’un des enjeux de cet atelier est de créer des ouvertures de tailles et de formes diverses, et derrière celles-ci se
trouve un espace réel ou virtuel sous forme de peinture, dessin, photographie, ou vidéo. Le but est de faire cohabiter différents médiums dans un même espace. Ces ouvertures pourront aussi tout simplement laisser entrer la lumière.

En fin d’atelier, une captation vidéo depuis l’une des ouvertures permettra de visualiser le résultat.

Objectifs: Cet atelier tend à symboliser la rencontre de deux monde, art et science, et
créer une frontière commune. Le projet doit être nourri par les idées des deux étudiants.
J’attends donc des idées transversales, c’est-à-dire que l’étudiant en ingénierie explore le territoire
de l’étudiant en art, et vice-versa. »

Jonathan Paquet

Quelques maquettes réalisées par les binômes

Présentation du Module Co-création art & science – Polytech’Lille / ÉSÄ

 L’exploration critique de la réalité plurielle et diffractée se trouve à nouveaux frais explorée à travers le Module Co-création art & science – Polytech’Lille / ÉSÄ qui s’est déroulé de décembre 2020 à janvier 2021.

Ce module a rassemblé 14 binômes formés d’un.e étudiant.e ingénieur et d’un.e étudiant.e art, encadrés par Christophe Chaillou, Nathalie Stefanov, Stéphane Cabée et Marie Lelouche. L’artiste Jonathan Paquet a également participé au projet. Pendant une semaine, jeunes artistes et ingénieurs ont développé leur projet de co-création, animés d’un désir de travailler en complémentarité, entre art et science.

Journée d’ouverture du Module à l’Esä le 18 janvier 2021 : composition des binômes et participation à l’atelier animé par Jonathan Paquet.
Julie Everaert (Esä) et Benjamin Labart (Polytech) au Fabricarium sur une impression 3D
Annaëlle Ostreich (Esä) et Manon Guegan (Polytech) au Fabricarium pour la mise en œuvre d’un moteur
Soutenance le 22 janvier, avec Camille Bernard (Esä) et Loïc Butstraen (Polytech)
Salle de soutenances, Polytech, 22 janvier 2021 (avec Stéphane Cabée, Christophe Chaillou, Nathalie Stefanov, Fabien Jonckheere et tous les étudiants du module).