Jakob KUDSK STEENSEN – Environmental storytelling in virtual worlds

Jakob Kudsk Steensen is an artist working with environmental storytelling through 3d animation, sound and immersive installations. He creates poetic interpretations about overlooked natural phenomena through collaborations with field biologists, composers and writers. Projects are based on extensive fieldwork of several months duration. Key collaborators include Composer and Musical Director for the Philip Glass Ensemble Michael Riesman, Ornithologist and author Dr. Douglas H. Pratt, Architect Sir David Adjaye OBE RA, BTS, the Cornell Lab of Ornithology, and the Natural History Museum London, among others. 

http://www.jakobsteensen.com/

Florent BERTHAUT, chercheur au laboratoire CRIStAL

Florent Berthaut est enseignant chercheur au sein de l’équipe MINT du laboratoire CRIStAL. Ses travaux explorent principalement les connexions entre le domaine de l’interaction humain-machine 3D (en réalité mixte et virtuelle) et celui de l’interaction musicale.
Dans un sens, les interfaces 3D ouvrent de nombreuses possibilités pour le contrôle musical, en particulier pour la manipulation de structures musicales riches et l’augmentation des gestes aussi bien pour les musiciens que pour les spectateurs.
Dans l’autre sens, l’interaction musicale constitue un domaine d’application particulièrement riche pour les interfaces 3D, avec des contraintes très spécifiques, qui ouvrent de nombreuses questions de recherche et apportent des opportunités pour le développement de techniques d’interaction et de visualisation.
Florent Berthaut travaille en étroite collaboration avec des musiciens, des artistes, des structures muséales ou encore des archéologues. 

http://www.cristal.univ-lille.fr/mint/wp/

Fabien ZOCCO

01 et 02 octobre / 14h-18h– Esä, site de Tourcoing (Salle de Culture Générale)

Des artistes conceptuels jusqu’à l’écriture sans écriture de Kenneth Goldsmith, en passant par les dessins de Mark Lombardi, de nombreuses démarches traversant la poésie ou l’art contemporain reposent sur la réalisation concrète d’une pensée ou d’une idée. À partir des artistes cités ci-dessus et d’autres exemples encore, il s’agira d’imaginer l’ébauche d’un projet impliquant un processus et sa mise en forme, traduite par un schéma, un texte ou autre diagramme.

spider © Fabien Zocco

Charles STÉPANOFF- Les technologies de l’imagination des chamanes sibériens

Conférence suivie de rencontres avec les étudiants

15 novembre 14h – Esä, site de Tourcoing (Salle Couleurs)

Les chamanes de Sibérie ont développé des techniques d’exploration mentale du cosmos, qu’ils partagent avec le public grâce à une riche iconographie. Par ses enquêtes de terrain et par une comparaison à travers la littérature ethnographique, Charles Stépanoff a documenté ces techniques et étudié leur fonctionnement et leur efficacité. Il montre que les images qui couvrent tambours et costumes créent des liens sensoriels entre trois espaces : le corps, l’habitat et le cosmos. Il présentera dans cette conférence le cas de certains rituels accomplis en Sibérie du Sud et en Mongolie au cours desquels le chamane fait venir des esprits devant le public puis s’envole vers des espaces lointains. Le rituel apparaît comme un puissant dispositif de coordination des imaginaires.

Catalogue Co-existence.s

Téléchargez le catalogue

Renforçant une nouvelle fois ses liens avec les sciences et les laboratoires, le programme de recherche PRIST 2019-2020, conduit par l’Esä, s’est donné pour objet de réfléchir aux existences non-humaines, dont on dit qu’elles peuvent être dotées d’intelligence – végétale, virale, animale ou artificielle -, mais que l’on peine à reconnaître comme entités.

Les oeuvres et les textes présentés dans ce livre ont été conçus à l’aune de cette recherche et témoignent de la diversité des formes que peuvent prendre ces existences, notamment lorsqu’elles sont élaborées par le prisme des interactions qu’elles tissent avec leur environnement. Qu’il s’agisse de dialogues entre machines ou d’interactions végétales et animales, qu’il soit question du mouvement des vagues ou d’entités théologiques connectées, les approches artistiques, philosophiques et scientifiques ici regroupées se concentrent sur les nouveaux paradigmes et les nouvelles formes de l’interaction. Ce livre retrace les vagues successives d’une recherche singulière qui soulève la question des existences plurielles questionnées par la science, la philosophie et la création contemporaine.

Exposition Co-existence.s Galerie Commune

Premier plan @Lucie Metrier & Stéphane Cabée.
Second plan @Hsiao-Mei Hsu
@Alexis Bens
Pendant le montage de la pièce de @Ghyzlène Boukaïla

Annaëlle Oestreich
@Yunyi Zhu
@Nina Vase
Louis Bazin
Pièces de Alexiane Le Roy, Annaëlle Ostreich, Yunyi Zhu présentées par Silvain Vanot, le 13 mars 2020, lors de l’exposition Co-existence.s, Galerie Commune, Ecole Supérieure d’Art du Nord-pas-de-Calais, site de Tourcoing
Pièce de Julie Deweerdt, filmée le 13 mars 2020, lors de l’exposition Co-existence.s, Galerie Commune, Ecole Supérieure d’Art du Nord-pas-de-Calais, site de Tourcoing
@Annaëlle Ostreich

Zaven PARÉ – Communication humain-machine/humain-humain via machine/machine-machine

Actuellement résident de l’IMéRA, Zaven Paré travaille en tant qu’artiste et chercheur. Il a inventé la marionnette électronique (oeuvres présentes dans des collections en France, en Suisse, en Italie, aux États Unis et en Russie), ses dispositifs ont été utilisés dans la première mise en scène la première pièce de Valère Novarina en anglais en 1999 (CalArts, Festival Henson, La Mama etc, Festival d’Avignon). Il a été collaborateur de chorégraphes (Marie Chouinard, Edouard Lock), pour le théâtre et le théâtre musical (Denis Marleau, Mauricio Kagel) et pour le ballet et l’opéra (Het National Ballet, Opéra Paris-Bastille). À partir de 2009, il participe au Robot Actors Project du professeur Hiroshi Ishiguro, dans le Intelligent Robotics Laboratory à l’Université d’Osaka.
Il a été lauréat du French American Fund for Performing Arts au California Institute for the Arts, de la Villa Kujoyama, de la Japan Society for Promotion of Science, et l »invité d’honneur du dernier festival de marionnettes de Moscou. Il est l’auteur de L’âge d’or de la robotique Japonaise (Paris: Les Belles Lettres, 2016).

Introduction par Nathalie Stefanov

Les activités du programme

Co-existence.s est le titre de l’exposition du programme de recherche PRIST 2019-2020, qui fête sa cinquième année, renforçant une nouvelle fois ses liens avec les sciences et les laboratoires, ces territoires où la recherche invente le monde à venir et permet également de le rendre intelligible. Les sciences peuvent en effet s’entendre comme un mode d’accès au réel dont la création contemporaine, critique par essence, peut se saisir pour explorer à son tour les devenirs du monde, par le prisme des formes plastiques que sont l’installation, la programmation, le son, la vidéo, la sculpture, le dessin ou la photographie. Notre héritage culturel a forgé l’idée d’une séparation radicale entre les arts et les sciences. A l’ère de la transition écologique, il nous semble indispensable, “de repenser le découpage en disciplines pour s’affranchir d’une conception mono-disciplinaire et en silos des sciences”, comme l’énonce Dominique Méda. Cette approche vaut à nos yeux pour les arts.

Depuis septembre 2019, PRIST a développé de nombreuses activités qui ont débuté par la visite de deux laboratoires. L’un, l’IRCICA portant sur les objets connectés et l’interaction tactile et gestuelle, l’autre l’UGSF, portant sur la biologie et en particulier sur le végétal. Deux domaines de recherche a priori distincts l’un de l’autre qui se complètent en cela qu’ils traitent à leur manière des existences non humaines. Des workshops et des conférences réalisés par des artistes ou des philosophes ont aussi émaillé le programme, contribuant à nourrir la recherche des étudiants. Enfin, cette recherche fut complétée par le module de co-création Arts et Sciences mené avec vingt huit étudiants, dont quatorze de Master de Polytech’Lille, module qui a permis à autant d’étudiants de PRIST de faire coévoluer leur recherche plastique dans la perspective de l’exposition.

La thématique

Dans la continuité de Air fictions, Co-existence.s s’inscrit dans la pensée non-anthropocentrée, celle qui vise à établir une approche critique de l’humain dominant la nature et maîtrisant l’évolution de ses technologies. Il paraît urgent de s’interroger sur les modes de transformation de notre rapport aux existences autres que humaines, dont on dit qu’elles peuvent être dotées d’intelligence, végétale, animale ou artificielle. Si le terme existence est en usage pour qualifier le vivant, on pourrait s’étonner de son emploi pour décrire des objets technologiques comme la robotique ou l’intelligence artificielle. Nous pensons, à la suite de Timothy Morton, qu’il s’agit d’entités dotées d’existence propre qui agissent sur le système Terre, tout en étant décorrélés du sujet. Cet aspect de la question est traitée par la création de certains étudiants de PRIST qui font usage de technologies interactives ou de dialogues forgés par des réseaux de neurones co-évolutifs, nous forçant à repenser la séparation entre le Carbone et le Silicium pour reprendre les mots de Deleuze. 

@ Amélia Belhadj

Pour convoquer le vivant et nommer ces existences plurielles non-humaines, nous aurions aussi pu parler de ces “êtres autres qui comptent”, comme les nomme Dora Haraway, qui dans son Manifeste des espèces compagnes invite le lecteur à réfléchir au monde comme “un noeud en mouvement” dépassant la séparation des catégories arbitraires de nature et de culture. L’infinie diversité du monde vivant, sa richesse et son intelligence, aurait dû nous empêcher de la réduire à un simple mot, celui de Nature contre lequel le projet humain s’est édifié, en exploitant ses ressources, sans percevoir qu’il en faisait partie. Cette diversité aurait dû aussi nous faire passer le goût “des grands récits et des épopées viriles” au pouvoir ravageur qui peuple nos imaginaires. “Une croissance exponentielle dans un monde de taille fini n’est pas possible bien longtemps”, écrivait Aurélien Barrau. Plusieurs projets plastiques présentés à cette exposition prennent la mesure de cette alerte, amplifiant son caractère urgent par des installations qui donnent à voir les limites de la société de croissance. 

Dépasser les enfermements

Comment dépasser nos enfermements ? Une des réponses ne serait-elle pas, dans un premier temps, de prendre conscience des organismes qui peuplent ce monde dont l’humain n’est qu’un représentant, cela dans l’objectif de parvenir à transformer les interactions possibles, en réfléchissant aux liens fragiles de co-constitution “dans lesquels aucun des partenaires ne préexiste à sa mise en relation.” Cet aspect, consistant à prendre conscience des existences autres que humaines, est saisi par plusieurs travaux de cette exposition, qui mettent en évidence, par le prisme du végétal ou du phytoplancton, certaines caractéristiques rarement montrées de ces organismes, dans la perspective de faire advenir de nouveaux liens avec l’humain. 

Pour conclure cette introduction au programme de recherche PRIST, ajoutons que nous avons hésité à prendre pour titre le mot “coévolution”. Mais celui-ci, à la lumière des informations relatives à la croissance des industries pétrolières – pour n’en citer qu’une -, et aux conflits politiques et sociaux qui rythment notre actualité, nous a semblé bien peu refléter la situation dans laquelle nous évoluons. Co-existence.s, hélas, s’harmonise davantage à nos modes d’approche des existences non humaines avec lesquelles il est urgent de construire d’autres liens. 

Les quelques pages qui suivent retracent les diverses activités du programme qui sont autant de manières de penser à nouveaux frais les multiples régimes de coexistence avec les êtres et les entités qui comptent.

Présentation du programme de recherche PRIST – FOOR Université de Lille, Lilliad

Présentations du programme de recherche PRIST 29 novembre 2019

Voir la conférence filmée ici : (commence à 6:30)

https://webtv.univ-lille.fr/video/10704/

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Télécharger le lien de la présentation ici :

http://prist-esanpdc.fr/wp-content/uploads/2020/02/Foor-29-novembre-Stefanov.pdf

Résultat de recherche d'images pour "foor lilliad stefanov 2019"
Table ronde, FOOR, Université de Lille, Lilliad
Résultat de recherche d'images pour "foor lilliad stefanov 2019"
Daniela Lorini, Maxime Pauwels, Conférence, Université de Lille, 2/12/19