Visite de l’UGSF, laboratoire de biologie, Université de Lille

27 octobre 2022, visite du laboratoire UGSF et de ses équipements. La matinée a commencé par une conférence sur la lignine, puis visite des serres où se cultivent et s’étudient les plantes. Le parcourt se poursuit dans les différentes salles du laboratoire, en passant par celle où se trouvent les microscopes à fluorescence et se termine par une explication sur le rôle de l’amidon.

La visite a été organisée par Corentin Spriet, avec l’aide de Mélanie Bossu, Xavier Roussel, Godfrey Neutelings, Adeline Courseaux, chercheurs rattachés au laboratoire.

Visite du verger historique, Square Parsy, Tourcoing

13/10/2022

Visite conduite par Sylvain POORTEMAN

Découverte du verger centenaire qui abrite des arbres fruitiers palissés de qualité. Construit sur un ancien cimetière, ce verger conserve et cultive d’anciennes variétés de pommes et de poires, aux formes disparues. Dans cet écosystème de 3000 m2, vivent aussi des plantes aromatiques ainsi que de multiples espèces végétales. Passionné, Sylvain nous transmet ses connaissances des mondes vivants .

Récolte des graines / Parc Clemenceau, Tourcoing

Pour bâtir notre jardin, il nous faut semer des graines indigènes. Le mois d’octobre se prête bien à la récolte. Munis d’enveloppes et de stylos pour identifier, dessiner et conserver les graines, nous sommes allés au Parc Clemenceau qui abrite de nombreuses zones non fauchées, permettant que s’y développe une intéressant biodiversité. Plus tard, ces graines seront semées dans notre jardin. Si elles s’y plaisent – nous y travaillons – peut-être feront-elles venir quelques pollinisateurs.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est PA060574.jpg.
Identification des espèces indigènes

Workshop Augustin Fontenelle, botaniste

Réinventer le jardin (côté cafétéria) –

Une semaine à imaginer un jardin, à inventer un lieu de partage, à décrire sa (bio)diversité, à réfléchir au mot culture. Les mains dans la terre, munis de feuilles en tout genre, nous observons, décrivons, aménageons du commun avec les vivants non humains. Il s’agit de générer un espace de travail collectif et partagé, en phase avec une réflexion plus large sur l’implication de l’art dans la transition énergétique.

Workshop piloté par Augustin FONTENELLE Chargé d’études flore & végétations chez Conservatoire botanique national de Bailleul, avec Nathalie Stefanov et Jean-Claude Demeure

Du 20au 23 septembre 2022

Présentation générale Circuit-court

Situé dans un jardin de 744m2, partagé par l’Esä et l’Université, l’atelier “Circuit court” entend instaurer par la pratique des liens avec les vivants (avec les plantes et les animaux non-humains), en travaillant sur nos interdépendances, en permettant l’observation d’autres modes d’existence, en stimulant le décentrement, en se plaçant du point de vue des végétaux, en imaginant les mondes décarbonnés de demain, en dessinant d’autres imaginaires, d’autres manières de travailler dans une école d’art, par le collectif, l’entre-aide et la réflexion sur les écosystèmes et le bien commun.

Voici quelques objectifs qui ont été fixés :

  • Gestion différenciée en favorisant les espèces indigènes
  • Création de zones réservées aux vivants non-humains
  • Création de mobiliers durables et de bacs potagers en matériaux naturels
  • Création de parcelles végétales (espèces mellifères, légumes indigènes) pensées pour réintroduire la biodiversité
  • Mise à disposition de certains espaces pour expérimenter des installations et sculptures en phase avec l’environnement de cet espace (le jardin comme nouvel espace de monstration)

Ce projet sera amorcé en 2022-2023 pour une réalisation plus aboutie en 2023-2024

L’idée est de générer un espace de travail collectif et partagé, en phase avec une réflexion plus large sur l’implication de l’art dans la transition énergétique.

Porteurs du projet :

  • Nathalie STEFANOV, Historienne des arts, enseignante à l’Esä 
  • Jean-Claude DEMEURE, Artiste, enseignant à l’Esä 

Etudiants

AKCALI Nazif Can, CRÉS Brieuc, DEFONTAINE ADELINE, GUIBOURT Maxine, LEGAY Lison, MAKOGON Yuliya, Malik MARA, PEL Janitta, ROUSSEAU Amandine, SAAD CHARBEL, VELARD Manon, XIAO HUI, ZHARAYA Aleksandre, ZHU Wanting

Agenda / Activités de recherche

6/10/2022 : Conférence de Philippe Baudouin, 14h15, en ligne, dans le cadre du séminaire saPRISTi!

Réalisateur radio et maître de conférences associé en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris-Saclay, Philippe Baudouin est également membre du Centre de recherche en Design (ENS-Paris-Saclay). Il est par ailleurs l’auteur de Walter Benjamin au micro (Prix Walter Benjamin 2022), ainsi que de Surnaturelles, une histoire visuelle des femmes médiums (Pyramyd, 2021) et Apparitions. Les Archives de la France hantée (Hoëbeke, 2021).

Dès la seconde moitié du XIXe siècle, une certain frange de la communauté scientifique perçoit dans la découverte des rayons X l’occasion inespérée d’analyser des phénomènes, considérés jusque-là comme invisibles. La frontière entre l’occulte et la raison scientifique se fait alors de plus en plus fragile : télépathie, aura, tables tournantes et autres expériences réputées paranormales qui remportent un véritable engouement populaire aux États-Unis et en Europe poussent les savants à considérer ces faits dits « surnaturels » comme des objets dignes d’expérimentation. Retirés dans leur laboratoire, un certain nombre de physiciens, chimistes et ingénieurs vont alors tenter de mesurer ces forces inconnues en concevant des instruments spécifiquement dédiés à leur étude. En 1913, devant une assemblée de parapsychologues, Bergson s’interrogeait : « Que se serait-il passé si la science moderne au lieu de faire converger tous ses efforts sur l’étude de la matière, avait débuté par la considération de l’esprit – si Kepler, Galilée, Newton, par exemple, avaient été des psychologues ? ». À partir de quelques exemples précis puisés dans l’histoire des machines employées dans le domaine de l’occulte, nous tenterons d’esquisser quelques éléments de réponse à la question passionnante formulée par Bergson.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

26 et 27/10/2022 : Workshop mené par Éric Giraudet, dans le cadre du séminaire saPRISTi!

https://www.arte.tv/fr/videos/085905-014-A/eric-giraudet/

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

27/10/2022 : Visite du laboratoire UGSF, Université de Lille conduite par Corentin Spriet (9h30-12h), Campus scientifique, Villeneuve d’Ascq, dans le cadre de Circuit Court.

Corentin Spriet (PhD HDR – IR CNRS),
Responsable de la plateforme TISBio (Traitement de l’Image et du Signal pour la Biologie), est un spécialiste reconnu en microscopie optique et traitement d’images avec plus de 60 publications dans des journaux à fort impact ainsi que 2 brevets et 6 licences logicielles ce qui lui a valu d’obtenir la médaille de cristal du CNRS en 2020.

https://www.cnrs.fr/index.php/fr/personne/corentin-spriet

La visite sera organisée autour de la thématique de recherche portant sur les énergies issues des végétaux (amidon, lignine, biocarburants…), avec balade en serre, conférence sur certaines thématiques, visite des équipements du laboratoire et passage à l’xperium avec le projecteur holographique sur le projet lignine de Corentin Spriet.

https://webtv.univ-lille.fr/video/12022/stand-4-%E2%80%93-quand-la-chimie-eclaire-le-vivant-la-traque-par-l%E2%80%99image-des-composants-du-bois

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

17/11/2022 : Visite du laboratoire LE2P, Laboratoire d’électrotechnique et d’électronique de puissance de Lille, à 14h30, dans le cadre du séminaire saPRISTi!

https://l2ep.univ-lille.fr/

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

24/11/2022 : Début du Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille. Remise des pré-projets artistiques à l’équipe de l’Esä pour le module. Observant que les collaborations entre artistes et ingénieurs tendent aujourd’hui à s’accélérer, ce module permet d’en faire l’expérience, en faisant travailler les étudiants ingénieurs de Polytech’Lille avec les étudiants de l’esä. Les étudiants des deux institutions sont encadrés par les scientifiques et les enseignants de l’esä. La production est développée au FabLab de Polytech’Lille (le Fabricarium).

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

25/11/2022 : Visite d’expositions à Paris, , dans le cadre du séminaire saPRISTi! :

  • Phénomènes. L’inexpliqué face à à la science », un commissariat de Philippe Baudouin, au Musée d’histoire de la médecine, en partenariat l’Université Paris Cité et le festival Photo Saint-Germain

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

01/12/2022 : Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille. Discussion des projets artistiques à l’Esä avec le Pr. Christophe Chaillou. Présentation des pré-projets artistiques pour le module.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

08/12/2022 : Conférence de Emmanuel Grimaud, 14h, dans le cadre du séminaire saPRISTi!

https://www.lesc-cnrs.fr/fr/profil-utilisateur/egrimaud

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

15/12/2022 : Module de Co-création Arts & Sciences,. Venue des étudiants de l’Esä à Polytech’Lille pour la rencontre avec les étudiants ingénieurs. Visite du Fabricarium

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

16 au 20/01/2023 – Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille. Avec les élèves de Master Polytech’Lille.

Le module comprend une initiation aux questions posées par les œuvres situées à l’interface des arts et des sciences. Il se poursuit par la rencontre avec un artiste contemporain, dont les œuvres complexes – numériques et interactives, souvent dotées de formes et matériaux innovants -, sollicitent les compétences en ingénierie, transformant l’ingénieur en co-créateur de l’œuvre. Enfin, le module amène l’étudiant ingénieur à répondre aux questions et besoins que se posent les étudiants en art au sujet de leur installation artistique et à inventer des solutions innovantes en dialogue avec ces jeunes artistes.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

06/04 au 14/04 : Exposition PRIST, Galerie Commune
Montage : jeudi 30 mars au jeudi 6 avril
Vernissage : 6 avril
Décrochage et remise en état : jeudi 13 et vendredi 14 avril

Présentation du programme 2022-2023

Cette année (2022-2023), PRIST a pris comme objet d’étude l’énergie.

Depuis le XVIIIe siècle, les énergies fossiles structurent le monde, en nourrissant les machines. La civilisation industrielle, alimentée par ces ressources non renouvelables, est responsable du réchauffement climatique et de l’extinction du vivant. 

L’objectif de PRIST est de réfléchir de manière critique – par l’art, la philosophie et la science -, à d’autres modèles économiques et systèmes productifs, à d’autres imaginaires situés au-delà de la raison guidée par la science moderne et le progrès, à partir de plusieurs enseignements :

  • Circuit court est un atelier qui propose de réinventer les usages d’un jardin partagé avec l’Esä et l’Université de Lille, en développant de nouveaux modes de création, en association avec des botanistes et le laboratoire de biologie, UGSF de l’université de Lille. Cet atelier entend réfléchir à la durabilité des modes de production artistique, aux organismes microscopiques, à la place des végétaux, aux vertus curatives des plantes, à la circularité des systèmes et au réemploi. L’idée est de générer un espace de travail collectif, en phase avec une réflexion plus large sur l’implication de l’art dans la transition énergétique.
  • SaPRISTi est un séminaire qui invite, contre une certaine musique ambiante, à voir en quoi la technique peut nous rendre plus sensibles au monde qui nous entoure ou, à l’inverse, étendre la sphère du sensible. Chaque séance de saPRISTi! se déploie entre théorie et pratique, afin de mettre à l’épreuve de l’expérimentation individuelle et collective les principales notions que recouvrent l’utilisation de ces techniques, au service de la création et de la réflexion. Il s’agit de favoriser la redécouverte, le réapprentissage, l’exploration critique, le réemploi et le détournement des outils, des machines, des “inventions” et des instruments scientifiques proprement dits.
  • Le Module de co-création Arts & Sciences Polytech’Lille / Esä est un dispositif de création transversale qui développera cette thématique en faisant travailler les étudiant.e.s en binôme (un.e étudiant.e artiste et un.e étudiant.e ingénieur.e.).

Pour mener à bien nos idées, il convient d’émanciper les corps, les esprits et les pratiques de sorte qu’ils soient à même de dialoguer avec les végétaux et les animaux non humains, qu’ils puissent s’ouvrir à des phénomènes naturels ou surnaturels jusqu’alors inaccessibles par nos sens atrophiés, réduits à la logique implacable de la raison guidée par la vision productiviste et extractiviste de la nature qui mène inéluctablement à l’extinction du vivant.

Nous retournerons sur les traces des savants qui, au XIXe siècle, se sont intéressés à certains phénomènes inexpliqués, nous nous demanderons comment nous rendre sensibles à d’autres formes d’existences que celles strictement humaines ou celles qui reposent sur la raison. Par quelles pratiques, quels instruments, quels dispositifs ?

Circuit court, jardin partagé

Encadrement pédagogique :

Nathalie Stefanov, Jean-Claude Demeure, Cyril Crignon, Marie Lelouche et Hugo Dinër

Panellus Stipticus

Filaments PLA phosphorescents, électronique, ampoule, acier, bois, tissus occultant, 200 x 200 cm, 2021

L’objectif de cette pièce est d’interagir avec l’espèce de champignon Panellus Stipticus et d’exploiter sa capacité bioluminescente. L’installation, réalisée avec la technique de l’impression 3D, interroge nos liens complexes avec les modes d’organisation en groupe des organismes vivants dans le règne végétal.

Panellus Stipticus est un champignon bioluminescent : il produit de la lumière par l’émission de photons due à une réaction chimique d’oxydation. Il convertit l’énergie chimique en énergie lumineuse grâce à l’interaction entre l’enzyme luciférase et la protéine substrat, la luciférine. Cette émission lumineuse appartient au spectre visible du bleu et du vert, couleur que nous retrouvons dans l’installation. Pour les organismes vivants, ces teintes sont particulièrement utiles pour l’attraction de partenaires sexuels ou de proies, la répulsion des prédateurs ou encore la communication visuelle.
La bioluminescence de Panellus stipticus est située sur ses lamelles, structures porteuses de leurs spores. Les insectes peuvent ainsi plus facilement disperser ces spores, qui sont les cellules reproductrices des êtres fongiques.

Lorsque le visiteur se rapproche de l’installation Panellus stipticus, le champignon active son effet bioluminescent pour le séduire ou pour se défendre. Quand le spectateur s’éloigne, le champignon hybride se recharge électriquement, contrairement au champignon vivant qui a besoin d’eau pour grandir. Le principe de mimétisme est donc mis en avant de manière technologique.

Réalisé en collaboration avec Benjamin Labart, Module de co-création Arts et Sciences,  Polytech’Lille-Esä.
Cette pièce a bénéficié du soutien d’Emmanuel Duflos, directeur de l’École Centrale de Lille et de Didier Burgnies, responsable du pôle Atelier Aimer.

Ce projet est lauréat du Prix Campus – catégorie Prototype, sur le thème « êtres-choses-lieux » du Forum Design.
Ce projet est publié dans la revue Étapes, n°264, novembre-décembre 2021, p. 152.

Activités de recherche 2021-2022

14/10/2021 – 14h – Visite du SCALab, Laboratoire de Sciences Cognitives et Affectives de l’Université de Lille. https://scalab.univ-lille.fr/Ce laboratoire développe « un programme de recherche sur la cognition, les émotions et les croyances ». Une partie de ses équipements est située sur le site de la Plaine Images à Tourcoing, au sein du bâtiment Imaginarium. Une visite du TORE (The Open Reality Expérience), espace de réalité virtuelle, est prévue à cette occasion.https://www.plaine-images.fr/les-actus/the-open-reality-experience/

21/10/2021 – 14h – Intervention de l’artiste Stéphanie Lagarde. https://lagardestephanie.com/
« Stéphanie Lagarde est une artiste qui s’intéresse à la frontière, la bascule entre le réel et la fiction. Elle participe à de nombreuses expositions en France et à l’international telles qu’au Tallinn Art Hall en Estonie, à la Biennale Movinta de Nice, au Ludwig Forum für Internationale Kunst en Allemagne, au Centre for Contemporary Photography de Melbourne. Après une résidence à la Jan van Eyck Academie de Maastricht et à la Fonderie Darling de Montréal, elle est actuellement en résidence au Salzburger Kunstverein en Autriche ».

22/10/2021 – Visite du laboratoire d’électrotechnique et d’électronique de puissance, Université de Lille, par Frédéric Giraud. Présentation du projet STIMTAC http://l2ep.univ-lille.fr/groupes-de-recherche/equipe-commande/projet-stimtac/. Cité scientifique.

28/10/2021 – 14h – Intervention du philosophe Andrea Pinotti. https://www.paris-iea.fr/fr/liste-des-residents/andrea-pinotti
Andrea Pinotti est professeur d’esthétique, de la représentation et de la théorie de l’image à l’Université de Milan. Ses projets de recherche portent sur « l’hyperimage, la simulation, l’immersion et le défi des environnements hyperréalistes ».

18 au 19/11/2021 – Workshop avec Laura Colmenares Guerra. https://ulara.org/ « Artiste visuel Colombienne et Espagnole, habitant à Bruxelles, Laura explore le potentiel de divers médias. Vidéo, photographie, 3D, matte painting et compositing, ses principaux axes de travail sont l’installation, la sculpture, le film et la performance. Elle propose des environnements qui abordent la question de la perception du corps, en lien aux politiques du paysage et à la construction des concepts de nature et de naturel. Dans le domaine de l’installation, Laura a développé des oeuvres utilisant des dispositifs interactifs afin de créer une expérience immersive pour le spectateur ». http://www.artsplastiques.cfwb.be/index.php?id=17232

23 au 26/11/ 2021 – Workshop avec David Ayoun http://www.davidayoun.fr et Esther Mollo https://www.lecorpsutopique.com/esther-mollo/

02/12/2021 – Début du Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille, avec intervention du Pr. Christophe Chaillou. Présentation des pré-projets artistiques pour le module. Observant que les collaborations entre artistes et ingénieurs tendent aujourd’hui à s’accélérer, ce module permet d’en faire l’expérience, en faisant travailler les étudiants ingénieurs de Polytech’Lille avec les étudiants de l’esä. Les étudiants des deux institutions sont encadrés par les scientifiques et les enseignants de l’esä. La production est développée au FabLab de Polytech’Lille (le Fabricarium).

16/12/2021 – 14h30 – Intervention de Stephen Vitiello. https://www.stephenvitiello.com/. « Tracing the sound of space is Vitiello’s most recent venture, but throughout the 1990s he was the sound guy on call for New York video artists. His sound works accompanied video works by, among others, Tony Oursler, Jem Cohen and Nam June Paik. A collaboration with Brazilian artist Éder Santos brought him to the attention of the organisers of the 1998 Per>SON festival. Vitiello was then invited to create a 64-channel audio work in a church in Cologne. Programmed alongside Pauline Oliveros and Scanner, Vitiello leapt from video accompanist to the first rank of artists using sound in its own right. At the same time, ‘sound art’ leapt from dank basement sub-category to shiny immanence ». http://www.kim-cohen.com/seth_texts/Stephen_Vitiello_Profile.html

17 au 21/01/2022Module de Co-création Arts & Sciences, Esä/Polytech’Lille. Avec les élèves de Master Polytech’Lille.

Le module comprend une initiation aux questions posées par les œuvres situées à l’interface des arts et des sciences. Il se poursuit par la rencontre avec un artiste contemporain, dont les œuvres complexes – numériques et interactives, souvent dotées de formes et matériaux innovants -, sollicitent les compétences en ingénierie, transformant l’ingénieur en co-créateur de l’œuvre. Enfin, le module amène l’étudiant ingénieur à répondre aux questions et besoins que se posent les étudiants en art au sujet de leur installation artistique et à inventer des solutions innovantes en dialogue avec ces jeunes artistes.

31/03/2022 – 10h – Intervention de Elise Morin autour de la pièce Spring Odyssey, suivi d’un après-midi d’échange autour des projets.

Elise Morin develops an interdisciplinary practice rooted in ecological thinking that questions our relationship to the visible and to types of coexistence. The design and production processes generate collaborations with scientists, local communities, engineers, musicians and philosophers.
The choice of specific places and environments are intrinsic components of her work. They enable re-flection on the relationship of creation to the com-mon good, on the role of esthetics in understanding other perceptions of a damaged world. »

10/03/2022 – Intervention de Mauro Carbone. https://facdephilo.univ-lyon3.fr/carbone-mauro-2 .

05 au 25/05/2022 – Montage, exposition et démontage de l’Exposition PRIST, Galerie Commune. Montage du 05/05 au 11/05 ; Vernissage le 12/05, Exposition du 13/05 au 20/05 ; Démontage et remise en état : 23 et 24/05. http://galeriecommune.com/